[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [Oiseaux]
[Pléiade]
[Masque]
[]
[Consécration]
[Parcours]
[Sjperse.org]
[L'homme]
[Œuvre]
[Critique]
[Recherche]
[Bibliographie]
[Liens]
[Nouveautés Février 2016]
[Actualité éditoriale 2013]
[Recherche]
[La nouvelle anabase - Abonnement]
[La nouvelle anabase à paraître]
[Loïc Céry]
[Sjperse.org]
[Sjperse.org]
[L'homme]
[L'homme]
[Biographie]
[Biographie]
[Approches]
[Œuvre]
[Œuvre]
[Parcours]
[Parcours]
[Panorama]
[Voix]
[Critique]
[Critique]
[Hommage - TR1]
[Médias]
[Critique]
[Actualité éditoriale 2013]
[Recherche]
[Recherche]
[Recherche]
[Activités]
[Outils]
[Actualités]
[Actualités]
[Nouveautés Février 2016]
[Communication]
[]
[]
[Actualité éditoriale 2013]
[Bibliographie]
[Bibliographie]
[]
[]
[]
[]
[]
[Liens]
[Liens]
[]
[Liens]
[]
[]
[Communication]
[]
[Biographie]
[Enfance]
[Jeunesse]
[Chine]
[Diplomatie]
[Exil]
[Age]

"Nadia, les Siècles changent de visage et changent de langage, mais la Musique, votre Siècle, n'a point de masques à dépouiller, étant, plus qu'aucun art et plus qu'aune science du langage, connaissance de l'être (...) A Celle qu'en Amérique, aux heures les plus sombres du drame occidental, j'ai vue vivre parmi nous sa vie d'apôtre et de sybille ; animatrice, instigatrice, éducatrice et libératrice, l'oreille à toutes sources et l'âme à tous les souffles, feuille elle-même frémissante dans l'immense feuillage, honneur et grâces soient rendues au nom de la Musique même."


Saint-John Perse, Hommage à Nadia Boulanger

pour son quatre-vingtième anniversaire

Archive sonore : Interrogée par Bruno Monsaingeon en 1978, Nadia Boulanger évoque Saint-John Perse.

Début du Discours de Florence,

"Pour Dante",  20 avril 1965.

  

Début du Discours de Stockholm, prononcé par Saint-John Perse le 10 décembre 1960.

  

"Grand âge, nous voici !"                              1957-1975

_________________________________________________________________________________________________________________________

Toute reproduction du contenu du site est libre de droit (sauf en cas d'utilisation commerciale, sans autorisation préalable), à condition d'en indiquer clairement la provenance : url de la page citée, indication de l'auteur du texte.

© 2014 Saint-John Perse, le poète aux masques (Sjperse.org / La nouvelle anabase). Site conçu, écrit et réalisé par Loïc Céry.

  

Saint-John Perse                     


L'homme                                   

L'œuvre                         

La critique         

La recherche

Bibliographie

Liens

  

La médaille remise aux récipiendaires

du Prix Nobel de Littérature

1959

Élection comme membre d'honneur de la Modern Language Association et docteur honoris causa de l'université de Yale. Obtention du grand prix national des Lettres en France, remis par André Malraux. Rédaction de Chronique

1975

La collection "Poésie / Gallimard" accueille Vents, suivi de Chronique. En cette année, Saint-John Perse voit disparaître deux de ses plus fidèles amis : Francis Biddle et Jean Paulhan.

Publication de Chant pour un équinoxe dans la NRF.

1974

1973

1972

1971

1969

1968

1966

1963

1962

1961

1960

1958

1957

Attribution du Prix Nobel de Littérature, le 26 octobre. Le prix sera décerné le 10 décembre à Stockholm. Saint-John Perse prononce à l'occasion de la cérémonie officielle de remise du prix un discours mémorable et dense (Poésie) sur la mission de la poésie dans le monde moderne, qui sera reproduit en 1972 dans l'édition de la Pléiade.

Le poète des Vigneaux : Saint-John Perse

aborde sa période provençale

En 1965, à Florence, prononçant

le Discours "Pour Dante"

Tout en posant pour le sculpteur Andras Beck (ci-contre), c'est aussi pour sa postérité que pose Saint-John Perse avec ses Oeuvres complètes de la Pléiade. Mais l'entreprise ne se résume pas en une pose : elle entend prolonger et consacrer l'oeuvre poétique elle-même.

La tombe de pierre de Saint-John Perse, au cimetière marin de Giens.

À l'initiative de Pierre Guerre, le poète réalise une donation de ses archives personnelles à la Ville d'Aix-en-Provence : c'est l'acte de naissance de la Fondation Saint-John Perse qui connaîtra au cours des années suivantes un développement continu.


Mort de Saint-John Perse le 20 septembre 1975, à l'âge de 88 ans, à la villa des "Vigneaux" ; il sera enterré au cimetière de Giens.

En 1974, le poète concluait par ces mots son ultime poème, Sécheresse : "Singe de Dieu, trêve à tes ruses".









  

Publication de Sécheresse dans la NRF.








  

Saint-John Perse, photographié

par Lucien Clergue.

Cette année voit l'achèvement de l'oeuvre qui à laquelle Saint-John Perse s'est attelé durant les dix dernières années de sa vie, à savoir la préparation minutieuse de ce "monument littéraire" qu'est le volume de ses Oeuvres complètes dans la prestigieuse collection de la Bibliothèque de la Pléiade, chez Gallimard.


Les Editions Gallimard publient donc le mystérieux volume, sans noms de spécialistes de l'œuvre (auxquels est pourtant traditionnellement confié ce type de parution). Sur la couverture, au lieu de l'habituel cliché de l'écrivain "pléiadisé", trône l'énigmatique image du masque de bronze de Saint-John Perse réalisé quelques années auparavant par le sculpteur hongrois Andras Beck.









  

Nadia Boulanger

1967

Il est invité à l'hommage international rendu à Nadia Boulanger pour ses quatre-vingts ans, à Monaco ; il y prononce un vibrant hommage à la grande musicienne. Longue croisière en Méditerranée (l'une des nombreuses croisières qu'il aura faites déjà au cours des années précédentes).









  

Nombreux voyages - entre autres, dans les petites Antilles. Il est à noter que même s'il aura eu à plusieurs reprises l'occasion de séjourner dans des îles très proches de la Guadeloupe, il ne sera jamais retourné à l'île natale.







  

Dante incarne aux yeux de Saint-John Perse l'image tutélaire du Poète.

  

Le Roi de Suède remet à Saint-John Perse reçoit le Prix Nobel de littérature.  Le Prix apporte au poète la consécration d'une reconnaissance internationale qui n'a cessé de s'accroître au cours des années précédentes.

À près de soixante et onze ans, il se marie avec une riche américaine, issue d'un famille de la haute bourgeoisie new-yorkaise, Dorothy Milburn Russell, à laquelle il s'est lié par l'intermédiaire des Biddle.






  

La rencontre avec Braque de 1961 augure l'édition de L'Ordre des Oiseaux l'année suivante. De gauche à droite : Georges Braque, Jean Paulhan, Saint-John Perse.

  

1965

A l'occasion du septième centenaire de la naissance de Dante, il est invité à un Congrès international à Florence, où il prononce le 20 avril un discours intitulé "Pour Dante" (O.C., p. 449). Sous l'impulsion de Jean Paulhan et avec la collaboration de Pierre Oster, un imposant volume d'hommages est publié chez Gallimard, sous le titre Honneur à Saint-John Perse.


  

Lors des quatre-vingts ans de Braque, Saint-John Perse collabore à une édition d'eaux-fortes du peintre, accompagnée d'une oeuvre originale qu'il écrit pour l'occasion et qu'il rebaptisera plus tard du nom de Oiseaux. Le volume est édité en tirages limités sous le titre de L’Ordre des Oiseaux. Nouvelle invitation du président Kennedy, à une rencontre entre les Prix Nobel. Après l'assassinat du Président américain, Saint-John Perse publie dans Le Monde du 26 novembre un article d'hommage, "Grandeur de Kennedy".





  

Le président Kennedy invite Saint-John Perse aux cérémonies officielles de l'Inauguration. Dans la "Biographie" du volume de ses Œuvres complètes dans la Pléiade, il précise pour cette année (p. XXX) : "Bref séjour à Paris, où il dîne avec Georges Braque en compagnie de Jean Paulhan".




  

La villa des Vigneaux, sur la presquîle de Giens : le nouveau lieu des amarres méditerranéennes

Les Editions Gallimard publient Amers. Mina Curtiss, importante femme de lettres et musicologue américaine, avec qui Saint-John Perse est lié d'amitié depuis 1950, lui offre une splendide villa en France, sur la presqu'île de Giens ("Les Vigneaux"), après dix-sept ans passés hors de l'Hexagone. Au cours des années suivantes, il passera une partie du temps en Provence et l'autre partie aux Etats-Unis. Dans la "Biographie" de la Pléiade, Saint-John Perse est longuement revenu sur sa progressive adaptation à la Méditerranée, se définissant essentiellement comme "celtique".





  

Epousée en 1958, Dorothy devient "Diane" aux yeux de Saint-John Perse. Ils passeront leurs années à venir entre la France et les Etats-Unis.

Membre honoraire de l'académie américaine et de l'Institut national des arts et lettres d'Amérique ; élu membre de l'académie bavaroise. Voyage en Argentine. Les deux volumes de l'Œuvre poétique sont désormais disponibles chez Gallimard.










  

Oiseaux est publié chez Gallimard. Membre honoraire de l'académie des sciences et des arts de Boston.






                             

Publication de Chanté par celle qui fut là dans la NRF.








  

Publication de Nocturne dans la NRF.