[logiciel creation site] [creation site web] [creation site internet] [Activités]
[Colloque 2012]
[Journée d'études 2011]
[Cinquantenaire]
[Echo des langues]
[Hommage de 2004]
[Agrégation]
[Rencontres SJP]
[Séminaire Exil]
[Colloque de Tunis 2004]
[Colloque 2003]
[Sjperse.org]
[L'homme]
[Œuvre]
[Critique]
[Recherche]
[Bibliographie]
[Liens]
[Nouveautés Janvier 2015]
[Actualité éditoriale 2013]
[Recherche]
[La nouvelle anabase - Abonnement]
[La nouvelle anabase à paraître]
[Loïc Céry]
[Sjperse.org]
[Sjperse.org]
[L'homme]
[L'homme]
[Biographie]
[Biographie]
[Approches]
[Œuvre]
[Œuvre]
[Parcours]
[Parcours]
[Panorama]
[Voix]
[Critique]
[Critique]
[Hommage - TR1]
[Médias]
[Critique]
[Actualité éditoriale 2013]
[Recherche]
[Recherche]
[Recherche]
[Activités]
[Outils]
[Actualités]
[Actualités]
[Nouveautés Janvier 2015]
[Communication]
[]
[Actualité éditoriale 2013]
[Bibliographie]
[Bibliographie]
[]
[]
[]
[]
[]
[Liens]
[Liens]
[]
[Liens]
[]
[Communication]
[]
[Hommage de 2004]
[Hommage - TR1]
[Hommage - TR2]
[Hommage - TR3]
[Hommage - TR3 - Dialogue Glissant Oster]
[Hommage - TR3 - Chamoiseau]
[Hommage - TR3 - White]
[Hommage - TR3 - Vigée]
[Hommage - TR4]
[Hommage - TR4]
[]

Pour fêter un poète - HOMMAGE À SAINT-JOHN PERSE

Université Paris IV-Sorbonne, 25 septembre 2004

_______

_______

_____________________________________________________________________________

Entretien avec Michèle Aquien

et Eveline Caduc

Entretien avec Joëlle Gardes-Tamine

et Colette Camelin

Entretien avec Henriette Levillain

et Mireille Sacotte

Introduction / Synthèse :

un historique de la critique persienne

_______________

_______________

PREMIÈRE TABLE RONDE -  Panorama de la critique persienne

____________________________________________________________________________________________________

Toute reproduction du contenu du site est libre de droit (sauf en cas d'utilisation commerciale, sans autorisation préalable), à condition d'en indiquer clairement la provenance : url de la page citée, indication de l'auteur du texte.

  

© 2014 Saint-John Perse, le poète aux masques (Sjperse.org / La nouvelle anabase). Site conçu, écrit et réalisé par Loïc Céry.

  

Saint-John Perse                     


L'homme                                   

L'œuvre                         

La critique         

La recherche

Bibliographie

Liens

  

Eveline Caduc, Professeur à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, a elle aussi contribué à une plus grande compréhension de l’univers poétique de Perse, en publiant en 1977 aux Editions José Corti Saint-John Perse, Connaissance et création. Puis, en 1993, est mis à la disposition de tous ceux qui travaillent sur l’univers langagier de cette œuvre aux lexiques particulièrement recherchés, un outil essentiel qu’elle coordonne, l’Index de l’œuvre poétique de Saint-John Perse (Honoré Champion, 1993) qui livre, grâce au secours du logiciel Hyperbase d’Etienne Brunet, un répertoire exhaustif des mots dont use le poète. Nous envisagerons entre autres choses avec Eveline Caduc, quelles furent les retombées de ce moment décisif.



  

Michèle Aquien, Professeur et Doyen de la Faculté des Lettres à l’Université de Paris XII : Saint-John Perse, l’être et le nom, publié en 1985 (Champ Vallon, « Champ poétique »), demeure un jalon essentiel du regard stylistique porté sur l’œuvre. Michèle Aquien, Professeur et Doyen de la Faculté des Lettres de l’Université de Nanterre, a signé là une page importante de l’analyse d’une poésie profondément marquée par la veine « ontologique ». Ce que permet dès lors l’analyse stylistique de la langue de Perse, c’est d’entrer dans le détail de l’organisation littérale d’une poésie où décidément, rien n’est laissé au hasard, une langue gouvernée par un constant souci du détail et répartie comme en de subtiles réseaux au gré des recueils, jusqu’à constituer un seul et long poème.


  

Colette Camelin, Professeur à l’Université de Piotiers, a su attirer l’attention avec une grande efficacité sur les soubassements de l’élaboration de la pensée de Saint-John Perse, en décortiquant la bibliothèque personnelle du poète, et notamment sa fréquentation des philosophes. La méthode adoptée dans la version allégée de sa thèse publiée en 1998, Eclat des contraires. La poétique de Saint-John Perse emprunte leurs meilleures modalités à des approches critiques croisées, et c’est dire l’attention qui se déploie là, à cet art du collage qui fut celui de Perse. Articles essentiels là encore, qu’il s’agisse de la mise en lumière de cette « crise de la jeunesse » ou à d’autres aspects. Colette Camelin a également publié, avec Joëlle Gardes-Tamine, en 2002, La “Rhétorique profonde” de Saint-John Perse, chez Champion et a participé la même année, au Saint-John Perse sans masque, précité. En 2007, elle a publié un essai primordial, Saint-John Perse - L'imagination créatrice, aux Editions Hermann.


  

Joëlle Gardes-Tamine, Professeur à l’Université de Paris IV-Sorbonne, avait rassemblé en 1996 quelques uns de ses articles « persiens » au sein de Saint-John Perse ou la stratégie de la seiche. S’il fallait en tout cas pister l’unité des apports de ses nombreux travaux au commentaire de l’œuvre de Perse, il faudrait finalement retracer les données mêmes d’une réelle mutation qui est intervenue dans l’appréhension de cette œuvre, mutation à laquelle ces travaux ont largement contribué. Qu’il s’agisse des soubassements de la langue, de l’usage des mots, mais également de l’entreprise d’édification de la légende personnelle du poète, les textes critiques établis par Gardes-Tamine font date pour les lecteurs et les chercheurs intéressés à une plus grande lucidité face au texte, éclairé dans ses diverses implications. Il n’est pas fortuit que tout cette trajectoire ait débouché sur la direction du premier commentaire détaillé de l’œuvre poétique de Perse, en 2002, avec Saint-John Perse sans masque. Lecture philologique de l’œuvre.


  

Mireille Sacotte, Professeur à l’Université de Paris III, est certainement l’une des plus éminentes spécialistes de Saint-John Perse, et la première critique en France à avoir su présenter l’œuvre de Perse en la soustrayant à cette sphère d’initiés à laquelle elle fut longtemps cantonnée. Avec la publication de la version allégée de sa thèse d’Etat en 1987, Parcours de Saint-John Perse, mais surtout avec sa monographie Alexis Leger / Saint-John Perse éditée en 1991 chez Belfond puis chez L’Harmattan, Mireille Sacotte est parvenue à décrypter un univers poétique réputé pour ses difficultés d’accès, avec un étonnant sens de la clarté et une grande subtilité. Ses articles innombrables à propos de Perse sont aussi essentiels à ce décryptage ; plus récemment, on peut citer une étude consacrée à Eloges, dans la collection « Foliothèque » de Gallimard.


  

- LES INVITÉS -

  

Henriette Levillain, Professeur à l’Université de Paris IV-Sorbonne, a marqué par de nombreuses études de fond l’analyse de l’univers poétique de Perse. C’est avec la publication en 1977 de son ouvrage Le rituel poétique de Saint-John Perse, que son apport fut le plus décisif dans un premier temps, en attirant l’attention sur l’organisation de la poésie de Perse autour d’un certain nombre de modalités de représentations ritualisées. Beaucoup plus récemment, Henriette et Philippe Levillain ont publié aux édition Viviane Hamy les carnets du collaborateur d’Alexis Leger au Quai d’Orsay : Une politique étrangère : le Quai d'Orsay et Saint-John Perse à l'épreuve d'un regard, novembre 1938 - juin 1940.

  

ENREGISTREMENTS DES ENTRETIENS

  

C’est déjà une longue marche, résolument, que dessine l’histoire du commentaire de l’œuvre de Saint-John Perse, depuis le baptême critique que lui donna Roger Caillois avec sa Poétique de Saint-John Perse, parue en 1954. Les lignes de cohérence au sein de cette cinquantaine d’années sont aisément décelables, à commencer par les évolutions propres à la critique littéraire en France. Mais il est une date essentielle qui fut celle de la publication des Œuvres complètes chez Gallimard dans la Bibliothèque de la Pléiade, du vivant du poète, en 1972 – une date qui marqua aussi un tournant dans l’approche de l’œuvre. En tout cas, les exégèses de la poésie de Perse paraissent bien s’inscrire dans une continuité : celle d’un rapport allant de l’envoûtement à la lucidité, puis de la lucidité vers la communion poétique. Parmi les meilleurs spécialistes de Saint-John Perse, les invités de cette première table ronde ont ainsi tracé chacun dans sa voie propre un sillon dans l’intelligibilité du texte, et ont façonné le rapport des lecteurs à cette œuvre réputée pour ses énigmes et sa difficulté d'accès. Les entretiens ont été l’occasion de retracer avec nos invités les grandes lignes de cette critique persienne.


Synthèse établie et propos recueillis par Loïc Céry. Présentation : Esa Hartmann / Loïc Céry