[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] [Nouveautés Mars 2015]
[Nouveautés Juin 2017]
[Nouveautés Février 2016]
[Nouveautés Septembre 2015]
[Nouveautés Mars 2015]
[Nouveautés Janvier 2015]
[Nouveautés Novembre 2014]
[Nouveautés Octobre 2014]
[Nouveautés 7]
[Nouveautés 6]
[Nouveautés 5]
[Nouveautés 4]
[Nouveautés 3]
[Nouveautés du site]
[Nouveautés 2]
[Sjperse.org]
[Sjperse.org]
[L'homme]
[L'homme]
[Biographie]
[Biographie]
[Approches]
[Œuvre]
[Œuvre]
[Parcours]
[Parcours]
[Panorama]
[Voix]
[Critique]
[Critique]
[Hommage - TR1]
[Médias]
[Critique]
[Actualité éditoriale 2013]
[Recherche]
[Recherche]
[Recherche]
[Activités]
[Outils]
[Actualités]
[Actualités]
[Nouveautés Juin 2017]
[Communication]
[]
[]
[Actualité éditoriale 2013]
[Bibliographie]
[Bibliographie]
[]
[]
[]
[]
[]
[Liens]
[Liens]
[]
[Liens]
[Sjperse.org]
[L'homme]
[Œuvre]
[Critique]
[Recherche]
[Bibliographie]
[Liens]
[Nouveautés Juin 2017]
[Actualité éditoriale 2013]
[Recherche]
[La nouvelle anabase - Abonnement]
[La nouvelle anabase à paraître]
[Loïc Céry]
[]
[Communication]
[]
[]
[Télévision]
[]
[Sjperse.org]
[]
[]

Plus récemment encore, le 3 avril 2017, Arte a diffusé dans le cadre de sa série "Invitation au voyage", un court sujet consacré à Saint-John Perse, sous le titre annonciateur "La Guadeloupe mystique de Saint-John Perse". Louable bien que terriblement cliché, mais avec surtout une citation erronée. Le sujet réalisé à propos de Saint-John Perse, dans la série "Invitation au voyage" d'Arte, diffusé le 3 avril dernier. Une intention plus que louable et de belles prises de vues en Guadeloupe, pas mal de poncifs aussi mais surtout l'intérêt d'un entretien évidemment intéressant avec Patrick Chamoiseau. Mais voilà... un poncif en entraînant un autre dans le texte du sujet (la naissance sur l'îlet Feuilles prise pour argent comptant alors qu'il s'agit de l'une des nombreuses légendes de l'autobiographie, etc.), il fallait bien qu'on débouche sur une erreur plus dommageable et nettement plus problématique, à savoir une fausse citation - rien que ça. Très très embêtant, vraiment. À 3'30", une citation donc entièrement fausse, dont voici la retranscription écrite : « Ce serait un jour de grand vent, les graines des fruits cliquetteraient au fond de leurs gousses, il y aurait des râles d’eau, des plaintes d’arbres, des roulements de pierres, il y aurait des moiteurs dans l’air, des senteurs de vanille et de sel, du rose de luxure aux joues du ciel » avec la précision finale : « Vents, Chronique, Chant pour un équinoxe de Saint-John Perse » - ce qui en soi ne veut rien dire, Vents, Chronique et Chant pour un équinoxe étant trois œuvres distinctes. On aurait pu penser bien sûr à une sorte de "collage", mais il n'en est rien non plus : aucune portion de cette chose n'est de Perse. Manque de vérification suffisante, voilà tout, et légèreté pour le moins, pour un sujet diffusé sur Arte. Mais je n'accablerai pas cette émission, dont l'intention encore une fois était louable, et qui présente certains intérêts. La vidéo est également consultable avec deux autres sujets, sur le site de l'émission, sur le portail d'Arte.



Pourant, sans vouloir accabler les réalisateurs de ce petit sujet, quand on remonte le fil de l'erreur, on est assez consterné. Ainsi, une vérification effectuée sur Internet renseigne bien sur l'origine de cette fausse citation, effectuée initialement sur le site Babelio, sur une page censée présenter une sorte de florilège de citations de Saint-John Perse, choisies par les utilisateurs du site. Et c'est sur cette page qu'on peut justement découvrir cette totale création, donnée pour être de Perse, et dont on consultera l'intégralité ci-dessous, avant que la chose ne soit plus en ligne comme on peut le souhaiter :

À lier, par exemple, à cette double page consacrée par Paris-Match, dans son édition du 24 décembre 1960, à la remise du Prix Nobel de Littérature à Saint-John Perse, intervenue le 10 décembre à Stockholm (page extraite, sur Sjperse.org, de la rubrique relative au cinquantenaire mené par le site en 2010 à la BnF).

Cliquer ci-dessus : les pages consacrées au Prix Nobel de Saint-John Perse, dans le N° 132 (15 novembre 1960) de Informations et documents. Revue bimensuelle publiée par le Centre culturel américain (Paris, 1960)

Archive : sur la réception du Prix Nobel en 1960

Telle est l'époque en tout cas : en ayant identifié l'origine de cette fausse citation, il n'est pas difficile de retracer le processus, assez accablant quand on y pense. Pour la réalisation du sujet, une sélection de citations a été effectuée, sur Internet. Après être tombé sur cette fausse citation si éloignée de Saint-John Perse, non seulement on la prend pour vraie, mais de surcroît, on reprend tel quel l'intitulé de la référence donnée sur cette page de Babelio, à savoir "Vents / Chronique / Chant pour un équinoxe de Saint-John Perse". On ne se rend pas compte que ceci ne saurait constituer la référence d'une citation, peu importe. qu'à cela ne tienne : Internet ayant toujours raison, c'est parti... Tout rentre dans la boucle, et ceux qui seront ainsi fourvoyés rejoindront le mouvement. Tout cela est finalement décourageant quant à la persistance des réflexes face à ce qui est mis en ligne, et sur un usage goguenard du numérique selon lequel une confiance béate est accordée à ce qui se trouve sur Internet, sans autre souci de vérification.


Partant, il est difficile, bien difficile de na pas accabler les responsables de ce petit sujet de 12'15", dans une petite émission quui sert de bouche trous dans les programme de la chaîne. L'erreur, on le sait est bien humaine et il ne s'agit pas de se montrer volontairement intraitable. Non, ce qui est en l'occurrence particulièrement grave dans une affaire comme celle-là, c'est cette persistance du crédit accordé a priori à ce qui est en ligne, peu importe le sérieux de la source considérée et moyennant une paresse de vérification. Et il faut le savoir : les citations tronquées ou comme dans ce cas, totalement inventées, sont légions sur Internet, sur des sites tels que Babelio. À savoir, pour plus tard.

Laurent Terzieff

Jacques Trefouël

L'un des intérêts les plus remarquables de cette émission est sans aucun doute la qualité presque indépassable de la lecture des poèmes de Perse par Laurent Terzieff qui, comme on le sait, en plus de sa carrière de comédien, s'est distingué depuis longtemps dans la lecture de poésie (son lien à Rilke ou Brecht est désormais fameux et ceux qui ont pu apprécier sur scène les lectures « mises en scènes » de Terzieff en gardent certainement un souvenir indélébile). Ici, le souffle, la justesse et l'élévation du ton de Terzieff ne peuvent qu'enchanter le spectateur qui se retrouve alors dans l'intelligence du texte, qu'il s'agisse d'Eloges, d'Exil, de Vents ou de Chronique.

 

L'extraordinaire qualité de ce document en fait à n'en pas douter la référence indispensable pour une découverte générale de Saint-John Perse à la télévision ; il a été rediffusé sur FR3 en 1987, pour la commémoration du centenaire de la naissance du poète. Aujourd'hui à la faveur de cette mise en ligne récente, il est accessible à tous.

  C'est autour de la double identité de Perse que Daniel Gélin a choisi de placer la quête qui fait l'objet du documentaire

Daniel Gelin, une passion "persienne" de longue date

Ce premier documentaire télé réalisé entièrement à propos de Saint-John Perse est une production de FR3 Aquitaine et date de 1982. Saint-John Perse, réalisé par Daniel Gelin et Jacques Trefouël. Il s'agit là d'un document dans lequel Daniel Gelin, "persien" passionné de longue date, mène une enquête biographique sur les pas d'Alexis Leger, découverte qui le mène de la Fondation Saint-John Perse d'Aix-en-Provence (à l'époque où elle était encore abritée dans les murs de l'Hotel de Ville), à la Guadeloupe, à Bordeaux puis en Provence. Ce documentaire très riche à tous points de vue est donc habité par la passion d'un lecteur sensible et désireux d'entrer en intelligence avec le parcours d'une vie et le mystère d'une oeuvre, comme l'indique cette introduction faite par Daniel Gelin au tout début du documentaire, qui en donne bien le ton fervent : « Saint-John Perse - ce pseudonyme même m'intriguait... J'avais reçu depuis longtemps cette impression d'incantation, à mi-chemin entre les textes anciens et ce que diront les prophètes du cosmos. L'autre face, sous son vrai nom d'Alexis Leger, homme d'action politique, m'intriguait aussi. Ma position d'histrion exposé aux curiosités et aux questions m'a poussé à essayer de pénétrer avec innocence et respect dans cette énigme.»

La réalisation est assurée par Jacques Trefouël, bien connu des amateurs de documents télés de qualité consacrés aux écrivains (il a par exemple réalisé deux portaits, dans le cadre de la série « Un siècle d'écrivains », ceux de Saint-Exupéry et de Claudel). Le synopsis de l'émission est particulièrement inspiré et les prises de vue soignées (celles de Bois-Debout, des paysages chinois ou des Vigneaux en particulier). De nombreux entretiens viennent agrémenter le récit biographique et les considérations sur l'œuvre. On retiendra plus particulièrement les entretiens de Daniel Gelin avec Etienne de Crouy-Chanel, collaborateur direct de Leger au Quai d'Orsay (auteur en 1989 d' Alexis Leger, l'autre visage de Saint-John Perse) et Pierre Emmanuel, qui livre ici quelques clés de sa lecture de Perse et de sa relation poétique avec celui qu'il reconnut pour son maître.

 

  

En quelques mois, du nouveau quant aux documentaires de télévision disponibles à propos de Saint-John Perse, et mis en ligne sur Internet. Rappelons tout d'abord l'extrême rareté de ces documents : pour l'heure, il n'existe que deux portraits réalisés pour la télévision, en 1982 et en 1995 (voir la présentation de ces deux documents de télévision sur le site, dont est reproduit ici la notice concernant le portait effectué en 1982).


En avril 2016 tout d'abord, sur une initiative privée qu'on saluera avec enthousiasme, a été mise en ligne sur YouTube cette archive exceptionnelle qui constitue à ce jour le meilleur document télévisé établi à propos de Saint-John Perse : le portrait réalisé par Jacques Tréfouël et Daniel Gélin en 1982 pour FR3 Aquitaine, dont plusieurs extraits avaient été utilisés pour le site (en particulier pour ce qui est de la Biographie). On pourra donc désormais conculter librement l'intégralité de ce documentaire de référénce.

Les documentaires de télévision : du nouveau sur Internet

"J'habiterai mon nom" : quand Alexis Leger était déchu de la

nationalité française par le gouvernement de Vichy en 1940

  

JUIN 2017

Toute reproduction du contenu du site est libre de droit (sauf en cas d'utilisation commerciale, sans autorisation préalable), à condition d'en indiquer clairement la provenance : url de la page citée, indication de l'auteur du texte.

  

© 2017 Saint-John Perse, le poète aux masques (Sjperse.org / La nouvelle anabase). Site conçu, écrit et réalisé par Loïc Céry.

  

Saint-John Perse                     


L'homme                                   

L'œuvre             

La critique         

La recherche

Bibliographie

Liens

  

________

________

NOUVEAUTÉS DU SITE                                                            ANNÉE 2017

_____________________________________________________________________________________________________________________


  

DECEMBRE 2011

Et puis une archive assez rare pour terminer cette actualisation de juin 2017, à lier à celle de Mars 2015, où il était question de l'attribution du Prix Nobel de Littérature à Saint-John Perse, en guise de complément à la commémoration du ciinquantenaire de l'événemment, que nous avions célébrée en 2010 à la BnF. Aujourd'hui, un complément d'archive, qui, provient d'un organe de presse aujourd'hui disparu, alors lié à l'ambassade américaine en France et au Centre culturel américain (aujourd'hui remplacé par l'American Center), Informations et Documents. Revue bimensuelle publiée par le Centre culturel américain. Dans son numéro 132, daté du 15 novembre 1960, après l'annonce de l'attribution du Prix Nobel de Littérature à Saint-John Perse, figure un article où sont repris deux extraits du numéro 10 des Cahiers de la Pléiade (été-automne 1950) consacré à Perse : les articles fameux de Paul Claudel (« Un poème de Saiont-John Perse : Vents », texte repris dans la Pléiade) et Denis de Rougemont (« Saint-John Perse et l'Amérique »). Avec notamment les très belles photos de Gisèle Freund aux Vigneaux. Archive délicieusement jaunie de ce numéro où est célébrée par ailleurs l'élection de John Kennedy comme 35e Président des États-Unis.